Frappes sur un centre de migrants (3 juillet 2019)

La France condamne les frappes qui ont touché, pour la deuxième fois depuis le début de l’offensive à Tripoli, le centre de détention de Tajoura et qui ont cette fois causé la mort de plus de 40 migrants et en ont blessé plus d’une centaine.

Nous rappelons à toutes les parties et institutions libyennes qu’elles ont l’obligation de protéger les populations et les infrastructures civiles, au titre du droit international humanitaire. Il leur incombe également dans ce cadre de garantir un accès humanitaire sûr et sans entraves.

À la suite de ce drame, la France appelle à nouveau les parties à une désescalade immédiate et à la cessation des combats. Elle demande, parallèlement, le retour rapide au processus politique sous les auspices des Nations unies. Elle soutient pour cela les efforts du Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies Ghassan Salamé.

Sur le même sujet

LabCitoyen 2020 : ouverture des candidatures

Dans le cadre de l’édition 2020 de LabCitoyen, l’Institut Français et l’Ambassade de France en Libye inviteront à Paris, du 28 juin au 5 juillet 2020, un jeune membre francophone de la société civile libyenne impliqué dans la (...)

Retour en haut