Déclaration de Le Drian à l’issue de son entretien avec Fayez Sarraj

Déclaration à la presse de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des affaires étrangères, à l’issue de son entretien avec le Premier ministre libyen, M. Fayez Sarraj (Tripoli, 18/03/2019)

Je suis particulièrement heureux de me retrouver parmi vous aujourd’hui à Tripoli pour la quatrième fois. J’ai eu avec le président du Conseil présidentiel, M. Sarraj, une discussion approfondie. Et je poursuivrai ces échanges avec le représentant du Secrétaire général des Nations unies, M. Salamé, ainsi qu’avec le maréchal Haftar.

Je suis porteur d’un message d’amitié au peuple libyen dans son ensemble et aussi d’un message de soutien. En effet, je retrouve la Libye dans un moment important qui est aussi un moment d’espoir pour les Libyens qui aspirent à retrouver la stabilité, à conforter leur souveraineté et à reprendre leur destin en main.

Une entente s’est conclue le 27 février à Abou Dabi entre le président Sarraj et le maréchal Haftar sous l’égide de M. Salamé. Cette entente prévoit la formation d’un exécutif de transition chargé de rétablir les services de base à la population et de préparer la tenue d’élections avant la fin de l’année.

Ceci est totalement conforme aux objectifs que se sont donnés les acteurs libyens devant la communauté internationale, que ce soit à Paris au mois de mai dernier ou à Palerme au mois de novembre. Et ceci s’inscrit dans la feuille de route du représentant spécial des Nations unies. La France soutient cette détermination et souhaite que cette entente puisse être mise en oeuvre rapidement dans un esprit de concorde nationale et de coopération.

Ceci intervient alors que des progrès significatifs ont été accomplis dans le sud du pays face aux groupes terroristes, face aux organisations criminelles et aux bandes armées étrangères qui, depuis trop longtemps, entretiennent l’instabilité dans cette région.

Que ce soit hier à Syrte où les forces misraties de Bunyan Al-Marsous ont mené la lutte contre Daech ou aujourd’hui dans le Fezzan où l’armée nationale libyenne mène un combat déterminé contre les groupes qui y sont établis, la France soutient l’ensemble des forces libyennes qui combattent le terrorisme partout sur le territoire.

Ce combat contre un ennemi qui a endeuillé nos deux pays est un combat commun et nous continuerons de le mener ensemble. La France continuera, aux côtés des populations du Fezzan dans leur diversité, de soutenir leurs aspirations à retrouver la sécurité et à accéder au développement économique. C’est pourquoi nous nous réjouissons de la remise à la compagnie nationale des pétroles (NOC) des champs pétroliers de Sharara et d’Al Fil, ce qui a permis la levée de l’état de force majeure et la reprise de la production.

Les ressources naturelles de la Libye sont le bien commun de la nation libyenne, elles doivent être exploitées par les institutions nationales légitimes au bénéfice de tous les Libyens.

Parallèlement, les réformes économiques nécessaires doivent être poursuivies dans un esprit d’équité et de probité. Je pense en particulier au travail engagé, avec l’aide des Nations unies, sur la banque centrale.

Et, dans cette période décisive, la Libye doit pouvoir compter sur ses voisins, sur ses amis et sur l’ensemble des organisations régionales. Elle pourra en particulier compter sur le soutien déterminé de la France. Ce soutien se traduira très concrètement par la réouverture d’une ambassade permanente à Tripoli dès que les conditions matérielles et de sécurité le permettront.

Merci de votre attention./.

Dernière mise à jour le : 22 mai 2019
Retour en haut