Syrie - Q&R - Extrait du point de presse (30 octobre 2019)

Q : Le Pentagone a annoncé hier que les États-Unis maintiendront le contrôle sur les champs de pétrole dans le nord-est de la Syrie et ne laisseront même la Syrie les utiliser. Ils ont également promis d’utiliser l’argent de la vente de pétrole pour financer les groupes kurdes syriens. Comment pouvez-vous commenter cette décision, surtout de la point de vue du droit international ? Est-ce qu’il faut le consentement de la communauté internationale, par exemple des Nations unies, pour une telle démarche ?

R : Nous poursuivons trois objectifs prioritaires dans la région, qui seront au cœur de nos messages et de nos efforts lors de la réunion de la coalition internationale contre Daech que nous avons proposée et qui se réunira le 14 novembre à Washington :

en premier lieu, la poursuite de la lutte contre le terrorisme de Daech et la préservation des résultats obtenus par la coalition internationale. Le risque de résurgence de Daech dans le nord-est syrien est réel. C’est pourquoi, comme l’a exprimé le ministre, le combat contre Daech doit être poursuivi collectivement, dans le cadre de la coalition contre Daech, en tenant compte des derniers développements régionaux.

nous devons également œuvrer pour la protection des populations civiles et la prévention d’une nouvelle catastrophe humanitaire.

enfin, la seule solution au conflit syrien étant politique, nous appuyons la reprise du processus en vue d’un règlement politique d’ensemble de la crise syrienne, sous l’égide des Nations unies.

Dernière mise à jour le : 31 octobre 2019
Retour en haut